ASEAN – Zone Economique Special

Communauté économique de l’ASEAN et promotion du commerce et de l’investissement

À la fin de 2015, l’intégration régionale a finalement intégré la Communauté économique de l’ANASE. C’est le couronnement d’un mouvement international qui a commencé en 1967 lorsque l’Indonésie, la Malaisie, les Philippines, Singapour et la Thaïlande ont formé l’Association de la Nation Asiatique du Sud-Est (ASEAN) et ont fait preuve d’une prescience remarquable pour planifier un avenir uni.

Le raisonnement selon lequel l’intégration régionale était nécessaire pour améliorer les opportunités de développement; faire face à de nouveaux défis et menaces; accroître le pouvoir de négociation et réduire la dépendance à l’égard des économies mondiales; renforcer la compétitivité internationale de la région; et d’empêcher les pays membres de s’attaquer à divers problèmes en tant que groupe.

Ayant embrassé le Brunei, le Laos, le Cambodge, le Vietnam et le Myanmar en tant que nouveaux membres, l’ASEAN a nommé les “trois piliers” de ses aspirations, la Communauté de sécurité politique de l’ASEAN, qui viserait à assurer la paix et l’utilisation de solutions pacifiques. s’attaquer aux problèmes dans les régions et adhérer à une règle de sécurité cohésive; la Communauté économique de l’ASEAN, qui favoriserait la croissance économique, la prospérité et la stabilité dans la région; et la Communauté socio-culturelle de l’ASEAN, qui soutiendrait l’engagement du groupement à promouvoir une société compatissante, une coopération étroite et des échanges entre les pays membres.

La Communauté économique de l’ASEAN (CEA) compte plus de 640 millions d’habitants. Ses quatre principes principaux sont: (1) un marché unique et une base de production qui soutient la libre circulation des produits et services, des investissements, du travail et des capitaux; (2) une région économique compétitive par l’élimination des tarifs d’importation parmi les membres de l’Asean et une assistance dans le développement des infrastructures de base; (3) un développement économique équitable visant à réduire les écarts de développement entre les anciens et les nouveaux pays membres ainsi qu’à soutenir le développement des petites et moyennes entreprises et (4) l’intégration à l’économie mondiale.

L’impact de l’AEC sur la Thaïlande

Divers accords signés dans la préparation de la mise en œuvre de l’AEC prévoient la libéralisation du commerce, des services et des investissements et la libre circulation des travailleurs. Cela affectera les provinces frontalières de la Thaïlande et le pays dans son ensemble. Les investissements libéralisés conduiront à un afflux de capitaux vers les pays à moindre coût, mieux préparés aux facteurs de production, et amélioreront l’accès au marché. Par conséquent, il y aura un plus grand flux de biens, de services et de main-d’œuvre à travers la frontière. Si la Thaïlande peut offrir de faibles coûts de production, des facteurs de production suffisants et un accès au marché, l’AEC offrira des opportunités de générer plus d’investissements dans le pays.

La disponibilité et le coût de la main-d’œuvre sont des facteurs essentiels de la production. L’AEC permettra la libre circulation de la main-d’œuvre, offrira aux travailleurs des choix plus larges et offrira aux investisseurs un bassin de main-d’œuvre considérablement élargi à partir duquel ils pourront trouver leurs travailleurs. Ainsi, de bonnes politiques de développement, en particulier sectorielles et axées sur le développement, contribueront à attirer une main-d’œuvre mieux adaptée aux besoins des investisseurs, en termes de quantité, de qualité et de niveau de salaire.

À l’heure actuelle, les pays voisins de la Thaïlande s’emploient activement à s’adapter pour tirer parti de leurs frontières communes. La mise en œuvre de l’AEC entraîne la mise à niveau des voies de transport pour améliorer l’efficacité de la logistique; des amendements aux règles et règlements commerciaux internationaux afin qu’ils se conforment plus étroitement aux normes internationales; le développement de zones potentielles en tant que zones économiques spéciales pour faciliter les investissements dans les villes frontalières; et la restructuration du secteur manufacturier pour améliorer le développement national. Ces changements aideront à accroître la valeur du commerce frontalier de la Thaïlande.

Au stade suivant du développement, davantage de bases de production seront déplacées vers les zones frontalières et vers les pays voisins où les coûts de main-d’œuvre sont plus faibles. Cela visera à réduire les coûts logistiques et à faire face à des salaires plus élevés en Thaïlande, ainsi qu’à poursuivre le droit au Système généralisé de préférences (SGP). Le SPG est un système tarifaire préférentiel exemptant des règles plus générales de l’Organisation mondiale du commerce.

La Thaïlande ne remplit plus les conditions requises pour bénéficier du SPG, les exportations de bt des pays voisins bénéficient toujours de ces privilèges. En général, ces changements prépareront la Thaïlande à tirer profit des opportunités de commerce et d’investissement découlant de l’AEC.

asean statistiques

Développement de zones économiques spéciales

La zone frontalière est une première frontière dans le mouvement des biens et du travail. Par conséquent, des zones frontalières sont en cours de développement pour faciliter ce flux de biens et de main-d’œuvre de manière efficace. De même, ce développement frontalier permettra à la Thaïlande de tirer parti de ces mouvements en termes d’activité économique; dans la fabrication de la collaboration ou des partenariats entre les usines en Thaïlande et celles des pays voisins; dans le commerce frontalier et de transit; et dans les services connexes qui soutiendront ces activités économiques.

Le commerce frontalier contribue déjà de manière significative au commerce de la Thaïlande avec les pays voisins, représentant environ 70% de la valeur totale des échanges commerciaux entre la Thaïlande et ses voisins. Le pays a toujours bénéficié d’un excédent dans le commerce frontalier. Entre 2010 et 2014, le niveau de l’excédent commercial a augmenté en moyenne de 0,6% par an pour atteindre 192 milliards de Bt en 2014. Les frontières sont également des points de transit pour les échanges de biens entre la Thaïlande et des marchés tels que le sud de la Chine , Vietnam et Singapour. Le commerce de transit a augmenté de 14,2% par an entre 2010 et 2014, pour atteindre 156 milliards de Bt en 2014, soit une augmentation de 41,2% par rapport à l’année précédente. Le commerce de transit, ou le transport de marchandises par route à travers les pays voisins afin d’atteindre des pays comme le Vietnam, l’Inde et la Chine, devrait contribuer largement à l’expansion future du commerce frontalier thaïlandais.

L’établissement de zones économiques spéciales (ZES) dans les zones frontalières est une stratégie de développement conçue pour tirer parti de la situation géographique du pays; la préparation de ses circuits commerciaux avec les pays voisins; le modèle actuel de commerce frontalier; les opportunités découlant du développement économique dans les pays voisins; les demandes d’investissement dans les zones frontalières; et en général; opportunités découlant de l’AEC. Les zones spéciales contribueront également à renforcer la compétitivité du comté dans le commerce et l’investissement dans les zones frontalières. Ils susciteront la volonté de répondre à la concurrence des autres pays de l’AEC de manière appropriée et efficace et attireront continuellement des investissements en Thaïlande et à l’étranger qui généreront des activités économiques dans les zones frontalières, y compris dans le commerce, l’investissement, la logistique, le tourisme et d’autres activités de services. . Cela contribuera à renforcer la compétitivité de la Thaïlande de manière durable et à créer la sécurité, le bien-être et une meilleure qualité de vie pour les personnes vivant dans les zones frontalières.

La Thaïlande a commencé à poursuivre sérieusement la politique des ZES en 2014, avec pour objectifs principaux d’attirer les investissements des investisseurs locaux et étrangers, de distribuer, de richesse aux provinces, de réduire les inégalités, d’améliorer la qualité de vie et de résoudre les problèmes de sécurité dans les régions frontalières. l’immigration illégale et les produits agricoles et les stupéfiants entrant en Thaïlande en provenance des pays voisins. Un Comité national pour le développement des zones économiques spéciales est le principal mécanisme d’exécution du plan des ZES. Le premier ministre est le président du comité et ses membres comprennent des représentants des organismes gouvernementaux concernés et du secteur privé. Le Bureau du Conseil national de développement économique et social est le secrétariat du comité, et six sous-comités examinent les zones à désigner comme ZES, ainsi que des projets et des mesures visant à soutenir leur développement.

Le gouvernement prévoit de désigner des zones pour l’établissement de ZES en deux phases. Il y a cinq zones dans la première phase, comprenant Tak, Sa Kaew, Trat, Mukdahan et Songkhla, et cinq autres dans la deuxième phase, à savoir, Nong Khai, Narathiwt, Chiang Rai, Nakhon Phanom et Kanchanaburi. La valeur totale du commerce frontalier dans les zones désignées pour les ZES dans les deux phases est d’environ 969 milliards de Bt, ce qui représente environ 98 pour cent de toutes les transactions commerciales transfrontalières de la Thaïlande.

Ils ont un grand potentiel pour devenir de nouvelles bases d’investissement autour des zones frontalières du comté, tout en servant de base à de vastes relations avec les pays voisins.

Pour promouvoir le développement des ZES, le gouvernement a fourni un soutien dans cinq domaines clés:

1) Incitations à promouvoir l’investissement

Les investisseurs dans les ZES qui ont reçu l’approbation du Board of Investment (BOI) seront admissibles aux incitations d’investissement maximales du BOI. Par exemple, si un projet s’inscrit dans l’une des 13 activités ciblées spécifiées par le Comité des ZES, il sera exempté de l’impôt sur les sociétés pendant huit ans et son impôt sur les sociétés sera réduit de 50% pour cinq années supplémentaires. Il sera également en mesure d’utiliser la main-d’œuvre étrangère dans son exploitation basée sur les ZES. Le montant minimum d’investissement pour un projet à développer dans une ZES par une petite et moyenne entreprise a été réduit à 500 000 bt, par rapport au minimum antérieur de 1 million de bt. En outre, pour les projets qui n’ont pas droit aux incitations BOI, le Ministère des finances réduit de moitié leurs paiements d’impôt sur les sociétés, qui sont normalement de 20 pour cent, pour 10 périodes comptables. Pour faciliter les investissements, le gouvernement a mis en place des centres de «guichet unique» dans les cinq premières ZES et est relié au Centre d’investissement «One Start One Stop» du BOI sur la place Chamchuri, Pathumwan, Bangkok.

2) Le travail et le guichet unique sont centrés sur le travail

Le gouvernement a mis en place un système de gestion transfrontalière pour permettre aux travailleurs des pays voisins de parler en Thaïlande et de retourner dans leur pays chaque jour. Le système de gestion leur permettra de travailler légalement, tandis qu’ils seront systématiquement surveillés et pris en charge. Le gouvernement fournit également un système de formation et de protection sociale, et a mis en place un guichet unique de services de main-d’œuvre à Sa Kaew et Trat qui offrent des services d’enregistrement pour les travailleurs migrants quotidiens dans les ZES. Le ministère des Affaires étrangères négocie des accords transfrontaliers avec les gouvernements du Laos et du Myanmar et, une fois achevés, les accords permettront aux guichets uniques de Tak et de Mukdahan d’assurer l’enregistrement des travailleurs migrants quotidiens dans les ZES.

3) Développement des infrastructures de base et des douanes

Le gouvernement a élaboré un plan sur neuf ans (2014-2022) pour le développement des douanes des infrastructures afin de soutenir les établissements de ZES dans six zones avec sept points de contrôle transfrontaliers. Ils sont TAk, Sa Kaew, Trat, Mukdahan, Songkhla et une zone frontalière à Nong Khai. Des budgets totalisant 1,663 milliard de bt ont déjà été alloués à ces projets prioritaires. Un autre montant de 5,749 millions de bt a été alloué à l’infrastructure de base et à la construction de bureaux de douane au cours de l’exercice 2016. Le développement permettra de mettre cette infrastructure de base à un niveau élevé; résoudre les problèmes liés aux principaux points de contrôle aux frontières et développer leur potentiel; préparer l’approvisionnement en électricité et en eau de distribution dans les ZES; développer des zones industrielles et des infrastructures pour le secteur agricole; et préparer les services de santé publique dans les zones frontalières.

4) Approvisionnement et administration des terres

Le gouvernement a obtenu des terrains pour le développement des ZES à Tak, Mukdhan, Trat, Saekae et Nong Khai et a attribué des parcelles dans les ZES aux agences des États, à la location à des organisations du secteur privé et à l’autorité industrielle de Thaïlande. 50 ans de contrats qui peuvent être renouvelés conformément aux procédures du département de la trésorerie.

5) Gestion des importations et des exportations de produits agricoles

Le ministère de l’Agriculture et des Coopératives, en collaboration avec le ministère du Commerce, gère l’importation et l’exportation des produits agricoles à travers les ZES. Elle favorise également les importations de matières premières agricoles en provenance des pays voisins. J’ordonne qu’elles puissent être transformées en valeur ajoutée dans les ZES. Ensuite, les produits transformés seront expédiés vers les marchés nationaux et d’exportation. Les coopératives agricoles des zones SEZ ont été coordonnées avec les pays voisins sur ce sujet.

Tout ce soutien du secteur public aidera à promouvoir de nombreux aspects des affaires du secteur privé, notamment en aidant les entreprises privées à réduire leurs coûts de production grâce à des incitations à l’investissement et à un meilleur accès aux divers aspects de la production. L’infrastructure de base est également fournie à la fois dans les ZES pour faciliter les activités de fabrication et en dehors des ZES pour aider à distribuer les marchandises aux marchés. Des guichets uniques sont en cours de création pour soutenir les mouvements d’investissement et de main-d’œuvre; des terres ont été achetées pour aider à résoudre le problème de la montée des princes terrestres; et les activités transfrontalières sont développées pour faire face à la libre circulation des marchandises, du travail et des services entre la Thaïlande et ses voisins, conformément à la disposition de la CEA. En outre, ces activités contribueront à résoudre les problèmes de sécurité liés au borer tels que le travail illégal et la contrebande.

Conclusion

L’AEC représente à la fois une opportunité et une menace pour la Thaïlande, en fonction de la préparation et de la préparation du pays. Le développement des ZES dans les zones frontalières est un outil conçu pour tirer parti de l’AEC en utilisant l’avantage géographique de la Thaïlande, la disponibilité des circuits commerciaux avec les pays voisins, le caractère ascendant du commerce frontalier, les opportunités de développement économique des pays voisins, et demande d’investissement dans les zones frontalières. Néanmoins, les conditions de développement changent constamment. Par conséquent, les investisseurs dans les ZES devraient également surveiller de près l’évolution de la situation afin de tirer profit de leurs activités commerciales.

Pour plus d’information, vous pouvez visitez cet article : Asean / Export : une région très pro-business, qui intéresse les entreprises françaises

DEVIS GRATUIT